Trousse de voyage Contenu principal

L'Ouest

Région composée de milliers de kilomètres de côtes et de fjords creusés par les glaciers. L’Ouest de Terre-Neuve s’étend de Channel-Port-aux-Basques, à l’extrémité sud-ouest de l’île, au site des Vikings de l’Anse aux Meadows situé à la pointe de la Grande péninsule du Nord. L’histoire géologique de la région remonte à 1,25 milliard d’années, et son histoire humaine, dont la découverte se poursuit toujours, à 9 000 ans.

La péninsule de Port-au-Port est le berceau de la francophonie terre-neuvienne. C’est la seule région de la province où la population, née à Terre-Neuve, est de descendance acadienne ou française depuis plusieurs générations.

Gros-Morne - Photo Julien Lafille

LA BAIE ST. GEORGE

C’est après la déportation de 1755 que certaines familles acadiennes s’installèrent le long de la baie St. George. Des établissements de pêche français existaient aussi tout le long de la baie que fréquentaient également, au printemps, des pêcheurs de Saint-Pierre et Miquelon.

Peinture de Michael Lainey

Stephenville

La communauté fut fondée par Félix Gallant et son épouse, tous deux originaires du Cap Breton. Ils y arrivèrent en 1840 pour cultiver la terre et trouvèrent l’endroit si accueillant qu’ils retournèrent chez eux encourager d’autres familles à les suivre. C’est ainsi que des Leblanc, Aucoin et Cormier s’installèrent sur la côte Ouest. Au moment de la création de la base américaine, pendant la Seconde Guerre mondiale, il y avait 150 familles francophones à Stephenville – ainsi nommé, croit-on, en l’honneur du premier enfant de la famille Gallant. Dans les années 70, Stephenville avait sa propre association francophone, l’Ordre du Bon Temps, mais petit à petit, les derniers francophones ont quitté Stephenville ou se sont assimilés et en 1987, l’association a fermé ses portes.

Cap St-Georges (Cape St. George en anglais)

Le village de Cap St-Georges a été fondé en 1837 par un Français du nom de Guillaume Robin. Venu de Bretagne comme gravier pour aider au séchage de la morue, il aurait déserté et décidé de se fixer à Cap St-Georges non loin du cap du même nom que Jacques Cartier avait d’abord nommé Cap deLatte, en mémoire du Fort-La-Latte, près de Saint-Malo.

La Grand’Terre (Mainland en anglais)

Le village doit sa création à l’île-Rouge située juste en face, autrefois appelée Isla de San Jorge par les pêcheurs basques. On dit que c’est Jacques Cartier qui la baptisa l’île-Rouge, en raison de ses hautes falaises de couleur ocre. Lieu de pêche préféré des Français et des pêcheurs de Saint-Pierre et Miquelon, l’île-Rouge à présent déserte, servit longtemps de port d’attache à des centaines de pêcheurs saisonniers.

La Grand'Terre

L’Anse-à-Canards (Black Duck Brook en anglais)

La communauté de l’Anse-à-Canards s’est développée grâce à la pêche et aux déserteurs. Les premiers résidents s’y établirent vers 1840, on y retrouve des Benoît, des Bozec, des Bisson, des Félix et des Roblot. Au 19e siècle, en plus de la pêche à la morue, l’Anse-à-Canards se distinguait par une importante homarderie dirigée par des Français de Saint-Pierre et Miquelon. Tous ces pêcheurs et déserteurs français se mêlèrent bientôt aux familles acadiennes de la région et formèrent pendant longtemps des familles unilingues francophones.

Artistes de la péninsule...

Michael Lainey est un artiste peintre qui a son studio à La Grand’Terre sur la péninsule de Port-au-Port. Il peint, expose et vend ses créations. N’hésitez pas à passer à son atelier-boutique lors de votre visite de la péninsule.

Mark Cormier est conteur, chanteur et guitariste. Il a grandi à Cap St-George et son amour de la musique et des contes traditionnels remonte à son plus jeune âge. Depuis, il fait la promotion de ce riche héritage comme conteur, musicien et enseignant.

Mélanie Samson s’est établie sur la péninsule de Port-au-Port en 2000. Émue par sa nouvelle vie à Cap St-George, elle commence à composer en français. Un enregistrement solo, La Route courbée, est lancé en 2008.

Le groupe Félix & Félix est formé de 2 frères originaires de l’Anse-à-Canards. Élevés dans une famille française, Bernard, l’accordéoniste, et Robert, le guitariste, sont les neveux du célèbre violoneux Émile Benoît. Leur musique est un mélange de jigues, reels et musiques françaises, acadiennes et irlandaises.

LA HUMBER VALLEY

Ici, c’est la forêt qui domine le paysage. La vallée Humber s’étend sur 70 km en suivant le cours de la rivière, de la Bay of Islands à Deer Lake.

Corner Brook

Centre urbain de la région Ouest, Corner Brook s’est développé avec l’industrie de la pêche et du papier. À quelques kilomètres à l’est de Corner Brook, se trouve la station de ski Marble Mountain. En automne, la région est embrasée des couleurs automnales des arbres à feuilles caduques.

Corner Brook - photo Muriel Renaud

Pasadena

Ville située sur la rive du lac Deer lake. La plage de Pasadena est appréciée de ceux qui veulent simplement passer une journée estivale agréable sur le sable.

Deer Lake

Ville fondée vers les années 1860 à des fins d’exploitation forestière. À l’entrée ouest de la ville, vous verrez la station hydroélectrique locale, construite à l’origine pour alimenter en électricité la papeterie de Corner Brook. Aujourd’hui, Deer Lake est un centre de distribution pour la Grande péninsule du Nord. En hiver, la ville est un des centres de motoneige de la province grâce à sa proximité à des pistes de motoneige. L’aéroport de Deer Lake offre des vols dans la province ainsi que des correspondances à destination de Toronto et de Montréal.

LA GRANDE PÉNINSULE DU NORD

Le Nord allie les paysages majestueux des fjords du parc national du Gros-Morne aux rivages dénudés du détroit de Belle Isle. À l’extrémité nord se trouve le site Viking de l’Anse aux Meadows.

Port au Choix

Le nom de la baie dans laquelle se trouve la communauté – Ingornochoix Bay – indique le passage des Basques dans cette région, tout comme le nom Port au Choix, une déformation du mot basque portuchoa, qui signifie petit port. Les pêcheurs français fréquentèrent beaucoup la région, tout particulièrement pour l’installation de grandes homarderies.

St. Anthony

La plus grande communauté de la péninsule du Nord s’appelait autrefois Saint-Antoine. On y pêche entre autre la crevette nordique, et la région est réputée pour avoir la plus haute population d’orignaux au monde! L’hôpital régional, fondé par le célèbre Dr. Grenfell, dessert aujourd’hui encore toute la région, y compris la côte du Labrador.

Raleigh - Photo Newfoundland and Labrador Tourism / Barrett and MacKay

Croque

Établissement officiel de la station française au 19e siècle, c’est à Croc – aujourd’hui Croque – que les pêcheurs français avaient basé leurs installations de pêche. Les pêcheurs y avaient construit des édifices permanents qu’ils confiaient l’hiver à la garde de quelques Irlandais vivant sur place. Au printemps, les navires débarquaient boeufs, vaches et moutons pour assurer le ravitaillement des marins. On cultivait aussi plusieurs jardins pour alimenter les centaines de personnes installées là jusqu’à la fin septembre.

Croque, cimetière naval, 1886 - Photo Julien Thoulet

La tapisserie du French Shore

La tapisserie du French Shore, longue de 67,7 m (222 pi), a été brodée par des femmes talentueuses du petit port de Conche. On peut l’admirer au Centre d’interprétation du French Shore de Conche. Ci-dessous, une scène de pêche au homard dans la région de Port au Choix dans les années 1880.

photo © FSHS 2010 from original design © Jean Claude Roy and Christina Roy 2007-2009

© RDÉE Terre-Neuve-et-Labrador